418 840-0444

Décontamination d’un patient empoisonné

En médecine vétérinaire, le traitement primaire d’une exposition à une substance toxique est la décontamination. Le but de la décontamination est d’éviter une plus grande absorption et de retirer la substance toxique du corps de l’animal. Dans la plupart des expositions, il n’y a qu’une très étroite fenêtre de temps pendant laquelle on peut agir. Faire le récit détaillé des événements au vétérinaire est important pour qu’il puisse déterminer le type d’exposition et de substance. La chronologie des évènements permet aussi au vétérinaire de mesurer si la décontamination est sécuritaire pour le patient et si elle sera efficace.

Décontamination oculaire
La décontamination oculaire consiste généralement à rincer abondamment l’œil du patient pour enlever la substance toxique. Il est souvent très difficile pour le propriétaire de le faire puisque cela implique une contention de l’animal en plus d’une manipulation d’un œil potentiellement douloureux et/ou blessé. Les agents de rinçage oculaire recommandés sont l’eau tiède et/ou de la saline physiologique (par ex. : solution pour les lentilles de contact). Dans le cas d’une exposition à une substances corrosive, le propriétaire devrait essayer de rincer l’œil avant de transporter l’animal chez le vétérinaire. Rincer pendant 15 à 20 minutes avec de l’eau tiède ou une solution pour les lentilles de contact réduira les dommages associés à un contact prolongé. Il faut également empêcher l’animal de se frotter l’œil, soit en le contentionnant, soit en lui mettant un collier élisabéthain, puis se rendre immédiatement à la clinique pour un examen ophtalmologique. En cas de doute, contactez un centre antipoison pour déterminer si la substance est corrosive ou non. Les blessures corrosives peuvent être très sérieuses, jusqu’à mener à la cécité.

S’il s’agit d’une exposition oculaire à une substance irritante mais non corrosive, le propriétaire peut s’en tenir à rincer l’œil pendant 10 à 15 minutes. Il ne faut pas appliquer d’onguent ou de médication ophtalmique. Il faut surveiller étroitement l’œil et surveiller l’apparition de signes d’abrasion ou d’ulcération de la cornée incluant démangeaison, rougeur, écoulement, plissement des yeux et blépharospasme (œil tenu fermé). Consultez l’Hôpital vétérinaire de l’Ormière si l’un de ces signes apparaît.

Décontamination cutanée
La décontamination cutanée est effectuée pour éviter une absorption transcutanée et une réexposition orale au contaminant (lorsque l’animal se lèche). Il est primordial que le propriétaire de l’animal et tout le personnel vétérinaire soient physiquement protégés, avec des gants de caoutchouc, des tabliers imperméables et des protecteurs faciaux. Il est important d’informer les clients de ces précautions à prendre dès qu’ils contactent la clinique. Ils devraient aussi être avisés d’empêcher l’animal de se lécher pendant le bain et/ou le transport jusqu’à la clinique. Pour les substances à base d’huile (ex. : produits de type « Spot On »), l’animal doit être lavé avec de l’eau tiède et du détergent à vaisselle dégraissant; il est important de bien faire mousser et de rincer à fond et ce, à plusieurs reprises.
Les shampoings pour animaux, de même que ceux pour humains, ne sont pas efficaces pour nettoyer une substance à base d’huile.

De plus, les shampoings contenant des ingrédients ajoutés (ex. : insecticides, goudron anti-pelliculaire, antibiotiques, antifongiques, etc.) ne devraient pas être utilisés afin d’éviter d’accumuler des effets toxiques possibles. Un chat exposé à des pyréthrines pourrait être traité pour des tremblements incoercibles avant de recevoir un bain afin de prévenir une aggravation des signes cliniques et pour faciliter le bain (sédation) pour le personnel. Pour ce qui est de l’exposition à une substance caustique ou corrosive, il est recommandé de faire un rinçage doux avec de l’eau tiède pendant 15 à 20 minutes avant l’examen vétérinaire. Sont à proscrire l’utilisation de jet d’eau sous pression, le frottage agressif de la peau ou l’application d’agent neutralisant, puisque ceux-ci peuvent causer des dommages traumatiques aux tissus ou provoquer des réactions chimiques sévères.

Décontamination gastro-intestinale
En médecine vétérinaire, la décontamination gastro-intestinale (incluant l’induction de vomissements et/ou l’administration de charbon activé avec un laxatif) est considérée comme étant la meilleure méthode pour limiter l’absorption et prévenir une exposition prolongée à des toxines potentielles. Toutefois, il est important de considérer les risques inhérents à l’induction de vomissements puisqu’il existe certaines contre-indications. Il est aussi important d’évaluer si les bienfaits surpassent les risques. Dans tous les cas, il faut toujours contacter un vétérinaire.

Par Jo Marshall, TSAC et Justine A. Lee, DMV
(Source Canadian Vet Tech, Vol.2,No 4, Automne 2010; traduction libre par Lucie Paquet, extraits choisis)

Cet article s'applique à : Chat, Chien, Furet, Cochon d’Inde, Lapin, Perroquets, Perruches, Serins, Tourterelles.